L’épave de Mahdia, un trésor sous la mer

Par Zaher Kammoun

Sources:

  • Mahdia, capitale des Fatimides Néji Djelloul
  • Un trésor sous les mers Mohamed Yacoub
  • Les merveilles du musée du Bardo Mohamed Yacoub

Au mois de Juin 1907, des pêcheurs d’éponges ont découvert les restes d’un vaisseau antique naufragé au large de Mahdia. Des campagnes de fouilles ont été exécutées dans les années suivantes. Ces campagnes ont dévoilé un trésor énorme : des pièces en marbre, des pièces en bronze et des pièces de bord.

Epave Mahdia

Accoudoir de lit orné de deux appliques: l'une en forme de cheval et l'autre buste de Satyre

Le vaisseau a été naufragé au premier siècle avant J.C et les œuvres d’art trouvés remontent à l’époque hellénistique. Ils peuvent être le produit d’une commande, passée en Grèce par un riche personnage d’Italie ou d’Afrique.

Parmi les pièces en bronze découvertes : un Hermès de Dionysos, deux corniches (figurant des bustes de Dionysos et de sa parèdre Ariane, une applique de lit en forme de cheval, des statuettes de divinités grecques (Hermès orateur, Eros citharade, Eros androgyne), des membres du cortège  dionysiaque (satyre bondissant) et des nains (nain grotesque, naine difforme et burlesque)

Les œuvres de marbre ont souffert de leur séjour prolongé en mer. Les objets récupérés sont des objets architecturaux (colonnes et chapiteaux), des statues et des bas-reliefs représentant des divinités grecques (Aphrodite, Artémis…), des membres du cortège dionysiaque (satyre, ménade, Pan), un candélabre, deux grands cratères.

Mais aussi les chercheurs ont trouvés des objets de bord utilisés par les marins comme les amphores, des récipients, une lampe à huile. On a remonté aussi une partie de la quille du navire, des clous d’assemblage, deux ancres pesant chacune 700kgs.

Le matériel découvert est exposé aujourd’hui au musée du Bardo et au musée de Mahdia

 

Leave a reply

Your email address will not be published.