Les baptistères de Sfax

Par Zaher Kammoun

Un baptistère ?

Le mot baptistère vient du mot grec ‘’baptizô’’  qui signifie plonger et immerger. Une cuve baptismale est  une cavité creusée dans le sol d’un baptistère destinée à l’administration du baptême par immersion, supposant que le catéchumène soit partiellement ou totalement plongé dans l’eau. C’est un rite purement chrétien

Tertullien, théologien africain (né en Tunisie) de la seconde moitié du IIe siècle, est un des premiers à décrire précisément le rite baptismal : le baptême comporte la renonciation au péché, suivie d’une triple immersion entrecoupée d’interrogations sur la foi en la Trinité, enfin à sa sortie de l’eau le nouveau baptisé reçoit l’onction d’huile.

Les baptistères de Sfax

Plusieurs  baptistères ont été découverts à Sfax, quelques uns ont été malheureusement détruits

Voila la liste des baptistères trouvés :

  • Le baptistère de Henchir Messaouda : se trouve au sud de Sfax, c’est une cuve à 8 alvéoles
  • Le baptistère de Sidi Mansour : se trouve à 10 km au nord de Sfax et à quelques mètres du rivage, c’est une cuve à 8 alvéoles. Elle est creusée dans un massif à blocage, d’une profondeur totale de 0,94m. Elle est toute entière inscrite dans une circonférence de 2,25 m de diamètre. Au centre, la cuve proprement dite, de forme circulaire, de 0,27 m de profondeur et ayant un diamètre de 0,58 m. Trois gradins y donnent accès : le premier haut de 0,10 m affecte l’aspect d’un carré de 0,75 m de coté, le second est un banc circulaire de 1,29 m de diamètre, surélevé au dessus du précédent de 0,205 m. Dans le troisième ont été creusées huit niches aux parois arrondies profondes de 0,48 m et hautes de 0,28 m. L’ensemble dessine ainsi une rosace à huit folioles. La cuve était toute entière tapissée de mosaïques : un agneau au fond de la cuve centrale, des roses, une colombe ?, des motifs géométriques. Les couleurs utilisées sont le jaune, le vert, le rouge et le bleu. Ce baptistère est daté de l’époque byzantine (de la fin du 6ème siècle après J.C)
  • Un baptistère a été trouvé près de la Kasbah en 1886, c’est une cuve à épaisses parois de mauvaise maçonnerie, escalier descendant intérieur et sièges ménagés dans l’épaisseur des parois. Décrit par Dr Vercoutre et La Blanchère
  • Un baptistère a été trouvé dans les buttes de Mezghani en 1887, c’est une cuve de diamètre de 1,5 m et d’une profondeur totale de 0,9 m. On retrouve deux escaliers aux extrémités d’un même diamètre. C’est une cuve de 6 alvéoles. Décrit par Dr Vercoutre

  • Deux baptistères à Acholla (Botria) : Deux baptistères ont été découverts en 1947 près de la mer, au sud est du site, à 500 m à l’est des thermes de Trajan. Ils sont distants l’un de l’autre d’une dizaine de mètres. Tout autour des ces baptistères se trouvent des traces de bâtiments contemporains : quelques murs autour du baptistère cruciforme et dans le même alignement une pièce quadrangulaire, des restes de maçonneries et deux bases de colonnes de type attique, deux citernes dans le voisinage et quelques tombes dont une était recouverte de mosaïque :
Acholla اكولا Botria بطرية

La zone des baptistères

- Le baptistère 1 : il est de forme cruciforme, à quatre lobes arrondis dont deux sur le même axe, sont prolongés par des escaliers. Les deux lobes sans escaliers mesurent 43 cm de flèche, 54 et 58 cm de corde. Les deux lobes servant d’accès mesurent 50 et 51 cm à l’ouverture et 56 cm de largeur maximale. Cinq marches sont visibles d’un coté, deux seulement de l’autre, cette partie ayant été fortement endommagée. Il est revêtu en béton assez soigné

-Le baptistère 2 : il est de forme en rosace ou polylobé, le cercle inférieur mesure 1,3 m de diamètre. Il est revêtu en béton assez soigné

  • Le Baptistère de Jebéniana à Sfax
baptistere tunisie حوض تعميد

Le Baptistère de Jebéniana à Sfax

  • Le Baptistère de Jebéniana à Ouled Bousmir à Sfax
baptistere tunisie حوض تعميد

Le Baptistère de Jebéniana à Ouled Bousmir à Sfax

Sources

Les baptistères d'Acholla (Tunisie) et l'origine des baptistères polylobés en Afrique du Nord [Études d'archéologie chrétienne nord-africaine - IX ], Noël Duval

Notes sur quelques monuments chrétiens de Tunisie, le baptistère de Sidi Mansour et les baptistères à rosace, Massigli René

Carthago, 1955

Leave a reply

Your email address will not be published.