La zaouïa de Sidi Bougabrine

Par Zaher Kammoun

Sidi Bougabrine سيدي بوقبرين

La zaouïa de Sidi Bougabrine se trouve au cœur de Djebel Zaghouan au Nord de la Tunisie, sur un plateau d’altitude de 690m. On y accède par deux circuits : une route goudronnée de 7km à partir du temple des eaux ou un circuit de randonnée escarpé et rocheux

Sidi Bougabrine سيدي بوقبرين

Le sanctuaire

C’est un monument plus ou moins grand (900m2) composé de plusieurs pièces : une salle funéraire centrale et rectangulaire, des cours et des dépendances

La salle funéraire

C’est la salle principale de la zaouïa, elle est pratiquement la plus ancienne. On y accède par deux portes. Sa surface est de 47,5m2 avec 9.5m de longueur et 5m de largeur. Cette salle est couverte de deux voûtes en berceau qui reposent sur deux arcs de décharge. Cette arcature divise la salle en deux travées. La salle est composée en deux parties : une pour le culte et l’autre pour les visiteurs.

Sidi Bougabrine سيدي بوقبرين

Le caveau du défunt

On trouve aussi un mihrab  de 1.65m de hauteur et 90cm de profondeur. Au nord ouest de la salle se trouve la tombe du saint. Le sol de la salle est revêtu de carreaux en terre cuite

La décoration est presque absente dans cette salle sauf les traces de henné

Les autres parties de la Zaouïa

A part la salle funéraire, on trouve d’autres parties comme :

  • Le bortal qui est un vestibule accolé à la salle funéraire
Sidi Bougabrine سيدي بوقبرين

Une entrée

  • Bit Diwan : c’est une chambre avec des banquettes pour accueillir les visiteurs
  • Bit Ahmed Bey : elle date probablement du règne d’Ahmed Bey. Il s’agit de deux pièces rectangulaires, juxtaposées et disposées en « L »
  • Les cours : on trouve une cours d’entrée et une cour centrale
Sidi Bougabrine سيدي بوقبرين

Un puits

  • Les annexes : plusieurs salles sont annexées à la zaouïa. Elles assurent l’hébergement des visiteurs et des personnes chargées de l’entretien du sanctuaire
  • Le puits de Sidi Bilhassen : ce puits est mentionné par Victor Guérin
Sidi Bougabrine سيدي بوقبرين

Le puits de Sidi Bilhassen

  • La citerne : elle se trouve à quelques mètres au Nord Est de la zaouïa. Elle est de forme oblongue

La citerne

L’inscription de Sidi Bougabrine (1066/1655-1656)

Une inscription a été trouvée par Ahmed Sadaoui en 1994, elle se trouve au de dessus de la porte de Bit Diwan. Une plaque en marbre blanc a été utilisée comme support

Sidi Bougabrine سيدي بوقبرين

L'inscription

1/ بحمد الله خلاق الأنام

2/ رأينا الدار في رسم الختام

3/ بناها حسبة لله يرجوا) هكذا(

4/ رضاه يوم يحيي العظام

5/ هو طائي العسكر الظفر المهاب

6/ مسمى مصطفى الحاج الهمام

7/ فصارت منزلا للزائر ينهدي

8/ لسعي الأجر وإعلاء المقام

9/ وضعها عام ستين وست

10/ مع ألف بتجديد وإتمام

Traduction 

1/Avec la louange de Dieu، Créateur de l’Humanité

2/On a vu la demeure dans son état achevé

3/Il l’a bâti (la zâwiya) pour Dieu en espérant

4/Sa satisfaction (Dieu) le jour de réanimation des dépouilles des morts

5/C’est le Dey de l’armée, le victorieux et le respectueux

6/Surnommé/connu al-hâj (le pèlerin) Mustafa le brave

7/Elle est devenue une résidence pour les visiteurs…

8/En vue de la rétribution et la glorification du lieu

9/Il l’a mis en place en l’an mille soixante six

10/Par sa rénovation et son accomplissement

Qui est Sidi Bougabrine ?

Sidi Bougabrine ou le saint aux deux tombes, est l'un des saints patrons de Zaghouan. Le bienheureux était un combattant parmi les premiers conquérants de l'Islam venus en ces lieux prendre d'assaut une forteresse byzantine réputée irréductible. Son nom exact était Boubaker Ben Hath. Il aurait été inhumé dans deux tombes différentes. Dans l'une, on aurait retrouvé les ossements d'un bras à côté d'un sabre, dans l'autre le reste de la dépouille

Sidi Bougabrine سيدي بوقبرين

Sidi Bougabrine

Au XVII° siècle, un souverain a ordonné l'aménagement des locaux actuels pour y accueillir convenablement les pèlerins. C’est le dey Hammouda Pacha qui a donné son ordre à Mustafa el-Hadj (qui est Mustafa Laz surnommé el-Hadj Mustafa) mentionné sur l’inscription  pour réédifier le bâtiment pour augmenter sa capacité d’accueil pour les visiteurs et les pèlerins

Dans son livre Maalim el Iman, Ibn Najî mentionne  AbuBakr al Hadhâ comme l'un des mystiques kairouanais qui séjourna en Egypte pendant une quinzaine d’années où il effectuait un pèlerinage annuel avant de s’établir définitivement à Zaghouan et il y mourut au mois de jûmâda 400/1009

Sources

  • Zâwiya Sîdî Bou-Gabrîne à Djebel Zaghouan : étude architecturale et historique, Meriem Marzouki
  • De Bou Kornine à Chaambi, à travers les steppes tunisiennes, ministère de l’agriculture et des ressources hydrauliques, direction générale des forêts
  • Zaghouan. Fondation et développement d’une ville morisque de Tunisie d’après les documents des archives locales, Ahmed Saadaoui

Leave a reply

Your email address will not be published.