Tataouine, la ville des ksour

Par Zaher Kammoun

Les ksour de Tatoauine

Un ksar (pluriel ksour) est un grenier monumental, collectif à vocation double :

  • Economique : ça sert à collecter les récoltes : céréales, olives, fourrages pour bétail
  • Stratégique : suite à des périodes d’insécurité (les guerres tribales et les incursions nomades), le ksar était un lieu stratégique et refuge pour les habitants

Ce monument est composé d’un ensemble de pièces voutées en berceau appelées ghorfas réparties sur un ou plusieurs étages. Ces cellules se répartissent autour d’une cour intérieure qui joue le rôle d’un entrepôt temporaire. De l’extérieur on ne voit que des murs épais, hauts (on peut atteindre 10 m) et consolidés par des contreforts. A l’exception de la porte, on ne trouve aucune ouverture de l‘extérieur. La porte est construite de troncs de palmiers coupés qui donnent des demi-cylindres. Avant d’atteindre la cour, on passe par une skifa (vestibule) qui peut être munie de banquettes

Ksar Ezzahra Tataouine قصر الزهراء تطاوين
L’entrée de Ksar Ezzahra

Une ghorfa est une pièce ayant une forme demi-cylindrique munie d’une porte ouvrant sur la cour. La profondeur de la pièce peut être entre 4 et 5m et la hauteur et la largeur peuvent atteindre 2m. Deux ghorfas voisines peuvent être communicantes. Le plafond de la ghorfa peut être orné d’inscriptions et de décorations. L’aération de la pièce se fait deux trous perforés aux murs intérieurs et extérieurs. L’accès aux ghorfas supérieures se fait par un escalier rudimentaire composé de barres de bois d’olivier

Ksar Ouled Soltane Tataouine قصر أولاد سلطان تطاوين
Des ghorfas à Ksar Ouled Soltane

On compte en Tunisie 150 ksars situés surtout à Djebel Demmer. Mais on trouve aussi des ksour de plaine. Le ksar peut appartenir à une seule tribu ou plusieurs tribus. Le ksar a d’autres fonctions surtout la fonction sociale : c’est un lieu de rencontre et de transactions commerciales, il peut se transformer en marché

Ksar Ezzahra Tataouine قصر الزهراء تطاوين
Une porte en palmier

Les ksour de montagne

Ces ksour sont les plus anciens. Ils ont une vocation essentiellement agricole. Ces monuments se sont développés il y a environ 3 à 4 siècles

On cite parmi lesquels :

Ksar Ouled Soltane

Ce ksar est construit en deux périodes, il est formé de deux cours. On a dénombré au moins 400 ghorfas montées sur trois ou quatre étages desservies par des escaliers. Ce ksar était construit il y a environ 400 ans

Ksar Ouled Soltane Tataouine قصر أولاد سلطان تطاوين

Ksar Ouled Soltane

Ksar Ezzahra

Ksar Ezzahra Tataouine قصر الزهراء تطاوين
Ksar Ezzahra

Ksar Hedada

Les ksour de plaine

Ils occupent la plaine de Djefara. Ces ksour se répartissent selon la dispersion des terrains de labours, on trouve ainsi des ksour isolés ou des ksour collectifs. Ce type de ksour est récent.

Ksar Ouled Debbab

Situé à 9 km au sud de Tataouine, ce ksar compte près de 600 ghorfas réparties autour de deux cours. Il est construit en 1900. A partir de 1967, ce ksar est devenu un hôtel

Ksar el Ferch

Ce ksar est construit en 1911

Les ksour citadelles

Le ksar citadelle est un refuge qui occupe le sommet d’une butte à versants raides. Ce monument constitue un refuge pour les habitants des villages en cas d’attaque. Les plus anciens ksour de ce type datent du 5 ème siècle hégire (11ème siècle de l’ère chrétienne), cette date coïncide avec l’invasion hilalienne. On trouve ces ksour à Chénini, Guermessa, Douiret…

L’habitat troglodytique horizontal ou latéral

Dans la région de Tataouine l’habitat se fait traditionnellement dans des grottes creusées sur un plan horizontal. L’habitation se compose de deux parties disposées selon un plan en enfilade : une première partie longue de 5 à 8 m,  large de 3 à 4m et haute de 4 m correspond à la grotte appelée localement Ghar. La seconde pièce s’appelle khazna, elle est plus petite de 4 à 5 m de longueur. On trouve devant la grotte une cour à ciel ouvert ou se trouve la cuisine, les toilettes et l’étable. Les plafonds des ghars peuvent être ornés en décorations et inscriptions

Chénini

C’est un village installé sur une crête. Son histoire lointaine est presque méconnue. Plusieurs légendes tournent autour de ce village surtout la légende des sept dormants en relation avec des tombeaux géants qui se trouvent près du village.

L’habitat du village est typique, un habit troglodytique qui consiste à des grottes creusées dans les strates tendres de la montagne

Guermessa

Ce village se trouve au nord ouest de Tataouine, il se répartit sur trois pitons rocheux dont le plus important supporte une forteresse. L’habitat à Guermessa est troglodytique

Douiret

Ce village se trouve au sud de Tataouine. L’habitat est aussi troglodytique horizontal. Parmi les monuments religieux les plus connus de ce village est la mosquée de Figuier

Mosquée de figuier

Ghomrassen

Ghomrassen est une ville située à seize kilomètres de Tataouine2 et à quarante kilomètres de Médenine. À proximité de Ghomrassen, on peut toujours observer des traces préhistoriques dans des grottes ornées de peintures rupestres datant du Néolithique.

Le paysage lunaire de Djebel Réhach

Le musée de la mémoire de la terre

Sources

  • La Tunisie du Sud (sites et monuments), Abdellatif Mrabet
  • De Matmata à Tataouine, Ksour, Jessour et troglodytes, Hédi Ben Ouezdou
  • الحياة الثقافية, عدد خاص, عالم القصور تراث و تنمية ,افريل 2010

Leave a reply

Your email address will not be published.