Madressa Slimenia

Par Zaher Kammoun

Cette madressa qui se trouve dans la médina de Tunis a été construite pendant le règne d’Ali Pacha (1735-1756) à la mémoire de son fils Suleimane (empoisonné par son frère)

Un porche monumental couronné d’une corniche en tuiles vertes précède l’entrée de l’édifice. Les arcs du porche reposent sur des colonnes en marbre couronnées de chapiteaux néo-corinthiens

L'entrée

Une fenêtre du porche

L’entrée permet l’accès à un vestibule couvert par un berceau interrompu par une voûte d’arête et doté d’une banquette maçonnée. Les murs du vestibule sont très riches en carreaux de faïence

A partir de ce vestibule, on accède au patio de la madressa qui est bordé des 4 cotés par des galeries dont les arcs appareillés en briques pleines sont enduits et peints en noir et blanc. Ils reposent sur des colonnes en calcaire clair et couronnées de chapiteaux à crochets. Sur trois côtés, se trouvent 18 chambres

Sous la galerie orientale, se trouve un oratoire de forme rectangulaire. Il se compose de 4 nefs délimitées par trois lignes de trois arcades qui s’appuient sur des colonnes taillées dans le calcaire clair et couronnées par des chapiteaux à volutes

La porte de l'oratoire

Les parties inférieures des murs de la salle de prière sont couvertes en carreaux de faïence de Kallalin. Plus haut se trouve une frise épigraphique en arabe portant les noms du dieu. Les parties hautes des murs sont couvertes de plâtre sculpté

Le mihrab est complètement tapissé de marbre de couleur importé de l’Italie. On trouve sur le mihrab une coupole hémisphérique dont le tambour octogonal s’appuie sur des trompes d’angle

Sources

  • Ahmed Saadaoui : Tunis, ville ottomane, trois siècles d’urbanisme et d’architecture

Leave a reply

Your email address will not be published.