La Tunisie punique

Par Zaher Kammoun

Les Phéniciens apparaissaient en Afrique du Nord au premier tiers du 1er millénaire avant J.C, ils fondaient plusieurs comptoirs commerciaux en Tunisie : ils fondaient Utique en 1101 avant J.C,  Carthage en 814 avant J.C et d’autres villes et colonies comme Hyppo Darrhytus (Bizerte) , Tabarka, Hadrim (Sousse), Leptis Minor (Lamta), Thapsus…

Carthage devenait la capitale punique de la Tunisie. Elle était la ville la plus développée malgré la rivalité entre cette ville et Athènes puis les problèmes avec Rome

Carthage punique

Les carthaginois héritaient de leurs ancêtres, les phéniciens la navigation et le commerce. Ils exportaient les produits de la Tunisie comme l’huile d’olive, le vin, les fruits…. et importaient de plusieurs villes comme l’Egypte, l’Assyrie, les iles Britanniques, l’Espagne et l’Afrique, l’ivoire et les métaux

La fortification punique

Pendant la période punique, les villes côtières étaient protégées par des murailles comme Carthage, Utique, Hadrum (Sousse), Hippo (Bizerte), Aspis (Kélibia), Thapsus (Békalta), Kerkouane…  Ces villes étaient reliées par des forteresses séparées comme les forts de Cap Zebib, Ras al Fourtas (près de Korbous) et Ras Drek (près d’el Haouaria) et des tours

Ras Drek

A l’intérieur de la Tunisie, plusieurs villes puniques étaient fortifiées comme Vaga (Béja), Sicca Veneria (le Kef) et Oudhna. A Dougga, on trouve un pan de courtine de 2 à 5m d’épaisseur flanqué de tours quadrangulaires

Les murailles  étaient construites généralement de gros blocs à peine équarris et sans mortier. Pour assurer plus de sécurité on a crée la double muraille, la porte coudée et les ouvrages avancés

Carthage

Un article complet sur Carthage punique peut être consulté ici

Utique

Utique est considérée comme l’une des plus vieilles villes phéniciennes de la Méditerranée occidentale. Selon Pline l’Ancien et Pseudo Aristote, Utique était fondée par les phéniciens en 1101 avant J.C. Elle était un port maritime. Aujourd’hui à cause du comblement par les alluvions, Utique se trouve à 12 km de la mer

Utique

Le site archéologique d'Utique

Utique était une ville importante pour les phéniciens, jusqu’à la fondation de Carthage. Cette dernière contrôla alors la première ville. En 308, Utique était attaquée et prise par Agathocle tyran de Syracuse. Au cours de la première guerre punique, Carthage et Utique étaient alliées face aux romains

Suite à la guerre des mercenaires, la relation entre Carthage et Utique va s’altérer. Enfin Utique s’allia avec les romains contre la capitale de la Tunisie. Utique et son port vont servir de base militaire aux armées romaines. Cette ville a joué un rôle important dans la destruction de Carthage en 146 avant J.C,  Scipion Emilien va partir à l’assaut de Carthage à partir d’Utique

La nécropole punique

Plusieurs fouilles exécutées par Moulard (entre 1923 et 1925) et P. Cintas (1948-1958) ont mis à jour une nécropole punique à Utique. Elle d’étend en formant une demi-couronne orientée Nord-Ouest Sud –Ouest. Les tombeaux situés au Nord-Ouest sont les plus anciens et datent du 7ème au 5ème siècle avant J.C et ceux du Sud- Ouest datent du 4ème siècle avant J.C. Le cimetière du 3ème et du 2ème siècle a été repéré en 1990 au sud du site

Utique اوتيك

Carte des nécropoles d'Utique

Les tombeaux présentent une typologie différente : on trouve les fosses creusées dans le tuf, les sarcophages monolithes, les tombeaux construits avec des blocs de grès coquiller ou des briques crues

Utique اوتيك

Des tombes puniques

Les puniques pratiquaient l’incinération, on a trouvé des petits coffres en calcaire utilisés pour placer les cendres. Ces coffres possèdent un couvercle de la même nature ayant la forme d’un toit à double pente. Ces coffrets étaient placés dans des niches creusées dans la terre au fond de fosses profondes. Les puniques pratiquaient aussi l’inhumation à Utique

Musée Utique متحف اوتيك

Des coffres du musée d'Utique

Le mobilier funéraire est composé de vases en céramique locale ou de vases importés, des lampes, des statuettes en terre cuite, des hachettes rasoirs, des colliers, des bijoux

Utique اوتيك

Des tombes puniques

L’habitation

On a pu observer dans quelques points du site des habitats puniques, des sondages au dessous des niveaux romains ont montré aussi la présence punique

Les  murs des maisons sont bâtis en brique crue sur des soubassements de moellons. Le sol est recouvert de plusieurs types de pavements : généralement ce sont des sortes de bétons composés de chaux, de tuileaux et petits éclats de calcaire (pavimenta punica).

On a trouvé des citernes recouvertes d’un enduit étanche d’excellente qualité

Les remparts

Les  vestiges d’un mur en gros appareil a été découvert dans une excavation faite sous le forum novum. Ce tronçon de mur fait probablement partie des remparts de la ville punique

En 1925, l’abbé Moulard signale la découverte d’une structure épaisse de 6m, aujourd’hui introuvable

Le Cap Bon

Grace à sa positon stratégique, le Cap Bon était un lieu favorable pour les phéniciens et après pour les puniques. Ils fondaient plusieurs villes et agglomérations tout le long de la cote du Cap Bon. Cette zone très proche de Carthage, jouait un rôle très important au cours des guerres puniques

Le Cap Bon était très développé économiquement pendant la période punique, Diodore de Sicile disait dans ses écritures qu’on y trouvait de belles fermes, des vignobles, des olivettes et des praires remplies de bœufs, de moutons et de chevaux. D’autres activités étaient pratiquées au Cap Bon comme le commerce maritime et d’autres activités en relation avec la mer, les fouilles ont montré la présence de bassins de salaison, de fabriques de pourpre, mais aussi on a trouvé des traces d’autres activités industrielles comme les carrières de pierre et les fours de potiers…

Aujourd’hui, on a trouvé plusieurs vestiges puniques : des tombes creusées dans la roche en profondeur, des sanctuaires et des villes entières comme Kerkouane

Thinissut

Un article complet sur Thinissut peut être consulté ici

Korba

On a trouvé à Korba une nécropole punique et plus précisément à Ksar Essad. Les tombes se distinguent par des escaliers à deux volées disposées en équerre. La plupart d’elles sont dotées d’auges-sarcophages munies d’oreillers, comme pour assurer le confort des défunts

Plusieurs décorations peintes et sculptées ont été découvertes dans les tombes : des mausolées monumentaux avec chapiteaux, des frises à des motifs géométriques, le signe de Tanit un décor anthropomorphique et zoomorphe, des scènes navales, des motifs géométriques…

Un sanctuaire a été trouvé aux environs de  Korba, il a donné trois statues de terre cuite qui étaient sans doute réalisées d’après des moules de statues grecques de Sicile datant de la fin du 4ème siècle avant J.C. C’est la triade agraire grecque composée de Déméter, Coré et Pluton

Menzel Temime

Aux environs de Menzel Temime, l’ancienne Tafekhsit, se trouvent deux nécropoles puniques, une à Sidi Salem et l’autre à Sidi Djemel Eddine. Les débuts remontent au 6ème siècle avant J.C

La nécropole de Sidi Salem est située sur une colline dominant la mer. Elle a pris son nom grâce à la présence d’un saint qui s’appelle sidi Salem Hemam. Sur une surface de 1 ha, on a mis à jour 89 tombes : 17 tombes à simples fosses creusées dans le roc et obturées avec des dalles, les restes sont tripartites

La tombe T85, se distingue par son mausolée qui fait face à l’entrée de la chambre funéraire, il est à demi- peint et demi-taillé avec représentation de pilastres à chapiteaux éoliques, assises et entablement

Certaines tombes ont échappé à pillage, elles ont livré un mobilier funéraire très important : des objets en céramique, en bronze et en or massif dont une oenochoé, une hachette rasoir, trois bagues en or, des boucles d’oreille, des scarabées… La datation est fixée au 4ème siècle, 3èm siècle avant J.C

La nécropole punique de Sidi Djemel Eddine a souffert de l’exploitation de la zone par les carriers. On a pu identifier 9 sépultures. La tombe T1 est munie d’un escalier monumental. La tombe T6 possède un escalier encadré de deux montants. Le mobilier funéraire permet de dater la nécropole entre le 4ème et 2ème siècle avant J.C

Kélibia

Les Carthaginois fondèrent vers le 5ème siècle avant J.C au Sud Est de l’éperon rocheux de Kélibia un port fortifié. Près de ce port c’est formé une agglomération nommée Aspis. Ceci est confirmé par le mobilier funéraire de sa nécropole datable du 5ème siècle avant J.C

Lors de la seconde guerre punique (218-210 avant J.C), la ville, fortifiée, s’opposa avec succès aux troupes romaines conduites par M. Valerius

Au cours de la troisième guerre punique, Kélibia résista aussi aux romains grâce à sa fortification pendant deux ans puis elle fut incendiée, pillée et détruite et sa forteresse fut démantelée

La citadelle punique  

Elle date du 4ème siècle au 3ème siècle avant J.C. Malgré sa destruction en 146 avant J.C, les fouilles ont mis à jour plusieurs pans de murs surtout dans le secteur Sud-Ouest et les soubassements d’une tour. La forteresse avait un plan pentagonal, des tours flanquent l’enceinte, elle fut construite avec des pierres de grand appareil provenant de la colline même

Le fort de Kélibia برج قليبية

Le fort de Kélibia

Le port

Le port date du 5ème siècle avant J.C. Il a été utilisé jusqu’au 16ème siècle puis fut démantelé par les espagnols. Il se trouve aux environs de Ras Mustapha à deux km au Sud Est de la citadelle. Il était formé de deux bassins : le premier commercial et le deuxième militaire

La nécropole

La nécropole se trouve à el Mansoura à 1 km et demi au Nord de la citadelle, elle était en grande partie détruite par les carriers romains.

Les fouilles ont montré la présence de tombes complexes, formées d’un escalier, d’un couloir et d’une chambre funéraire dotée de banquettes. Les tombes présentent un décor riche, on a trouvé parfois des textes écrits à l’encre rouge

Kerkouane

Un article complet sur Kerkouane  peut être consulté ici

El Haouaria

Des carrières souterraines de Haouaria fournissaient la pierre de grès depuis le 7ème siècle avant J.C. Ces matériaux servaient à la construction de monuments de Carthage punique

Les grottes d' el Haouaria مغارات الهوارية

Les carrières d'el Haouaria

 Le fort Ras al Drek

C’est un monument fondé vers le 5ème siècle avant J.C.  Il se trouve dans la région d’el Haouaria. C’est un édifice quadrangulaire dont l’enceinte est édifiée en gros blocs à peine équarris. La cour est occupée par cinq citernes et des cellules s’accrochant aux pentes en paliers successifs

Le Sahel

Sousse

L’ancienne Sousse Hadrumetum, nommée pendant l’époque punique Hadrim, était un comptoir phénicien avant de se transformer en cité. Les plus anciens vestiges trouvés remontent au 6ème siècle avant J.C. On a trouvé le port, le tophet et les nécropoles

Le port

Ce port était utilisé jusqu’au 18ème siècle, il est situé au Nord Est de la médina.

C’est un bassin quadrangulaire de 550 m de longueur et 300 m de largeur délimité au Nord et au Sud-Est par deux jetées et du coté de la mer par un brise lames

Le tophet

C’est une aire sacrificielle à ciel ouvert où les puniques pratiquaient des sacrifices au 6ème siècle avant J.C à Tanit et Baal Hamon. Le tophet de Sousse se situait à l’emplacement de l’ancienne église de Beb Bhar. Il présente un sol rempli d’urnes contenant des ossements humains et d’animaux. Des cippes et des stèles étaient plantés  au dessus des urnes

متحف سوسة Musée Sousse

Des urnes et des stèles du tophet de Sousse

متحف سوسة Musée Sousse

Une urne du tophet de Sousse

Le sanctuaire punique

Ce sanctuaire fut édifié au premier siècle après J.C non loin du village Ksiba. Le matériel archéologique livré par ce temple et exposé aujourd’hui au musée de Sousse, atteste qu’on s’y adonnait à la prostitution sacrée, vieille tradition babylonienne liée à la fécondité

Les nécropoles

Le plus ancien tombeau trouvé à Sousse se trouve près de Bordj al Shirsh non loin de l’angle Nord Ouest de la médina. On a trouvé dans ce tombeau un mobilier qui date du 4ème siècle avant J.C

On a trouvé une autre nécropole à l’intérieur de la kasbah qui date du 3èm siècle avant J.C au 1er  siècle avant J.C. Une tombe se trouvant au musée de Sousse est formée d’un puits rectangulaire aménagé dans le tuf et de deux chambres funéraires

Amphorette en céramique commune à deux anses verticales, 4-3 ème siècle avant J.C? Nécropole punique de Sousse

Une autre nécropole s’étend sur toute la surface de la caserne de Beb Gharbi à l’Ouest de la médina

Mahdia

Mahdia était une cité libyphénicienne. Elle était formée d’un quartier portuaire et d’une nécropole

Les nécropoles

La nécropole est composée de caveaux de structure archaïque, ces dernières sont formées d’auges superficielles rectangulaires ou trapézoïdes (de 1,75 m de longueur et 0,5m de profondeur)  creusées à fleur de sol. Elles sont parfois équipées de niches et de feuillures de fermeture

Mahdia المهدية

Une autre nécropole était installée à Stara non loin du mausolée de Sidi Massaoud à trois kilomètres d’Hiboun. Plus de 1000 caveaux fut creusés dans le sommet des collines surplombant la mer. Les tombes sont orientées vers l’Est ou l’Est Nord Est, elles peuvent être de simples fosses individuelles ou communes ou des caveaux plus complexes creusés en profondeur et dotés d’un puits de descente et d’une chambre sépulcrale aménagée dans l’une de ses parois.

Les puits sont de forme quadrangulaire ou trapézoidale de 3,95m à 1,54 de longueur et de 2,4m à 1,5m de profondeur. Ils sont souvent dotés d’escalier de cinq à huit marches. On note la présence parfois d’auges et de banquettes. La tombe peut contenir une seule chambre funéraire ou deux disposées face à face ou creusées en enfilade. Quelques monuments possèdent 4 chambres

La chambre funéraire est de forme quadrangulaire. Son plafond est horizontal à la bâtière ou à la voute. A l’intérieur on trouve des banquettes, des auges sarcophages, des niches triangulaires. Une ornementation est faite avec le rouge ocre : un décor géométrique, des feuillages, des fleurs de lotus

Les puniques à Mahdia pratiquaient l’inhumation, l’incinération (le cendre est mis dans des urnes en forme de cruche ou des amphores) et le décharnement. Dans quelques tombes on a trouvé des cercueils en bois

Le mobilier funéraire est composé de vases, d’amphores, d’oenochoés en terre cuite, des épingles à cheveux, des fragments de miroirs, des stylets à fard, des monnaies, des graines de collier en pate de verre

Le port punique

Il date du 3ème ou du 2ème siècle avant J.C. Des amphores trouvées au port confirment qu’il est antérieur à la période pré-musulmane

Mahdia

La cote de Mahdia

Il est aménagé dans une dépression qui sépare les deux mamelons rocheux de Sidi Djabir et Borj Kabir. C’est un bassin de forme quadrangulaire de 66 m de longueur et 42 m de largeur, entièrement creusé dans le roc (grès Pliocène) et communique avec la mer à l’aide d’une passe de 18m de large

Thapsus 

Un espace funéraire punique a été trouvé à Thapsus (Ras Dimas), il s'étend sur une distance de 2km à savoir du secteur d'Echat jusqu'au monticule supportant le mausolée de Sidi Zbidi. Cet espace est considéré par une grande concentration de tombes.

Les tombes sont des tombes à puits avec escalier et des tombes à surface. Un mobilier funéraire a été collecté de ces tombes

Les vestiges datent du 4ème siècle avant J.C au 6ème siècle après J.C

Autres sites du Sahel

Le Sahel Tunisien a fourni d’autre sites puniques : des tombes puniques dans la région de Mnakaa et Douira et continuent vers Rejiche, d’autres tombes de Borj Mezaouk à Henchir el Alia. Ksour Essef aussi a abrité une nécropole punique

Lamta aussi a fourni une nécropole, son mobilier funéraire est exposé aujourd’hui au musée de Lamta : on a trouvé de la poterie industrielle, de la poterie produite à la maison. Les objets en métaux sont très rares et on note l’absence de bijoux et de statuettes

Pour plus d'informations sur la période punique de Lamta, merci de visiter ce lien:

Le site archéologique de Lamta

Le sud Tunisien

Plusieurs sites du Sud de la Tunisie ont fourni des traces de l’époque punique

Gigthi ou Gigthis

Au 6ème siècle avant J.C, cette ville du Sud de la Tunisie (à Boughrara) faisait partie du territoire de Carthage comme c’était le cas des emporia (comptoirs de commerce) implantés sur le littoral du golfe de Gabès

Musée zarzis متحف جرجيس

Le sarcophage de Gigthi

Aujourd’hui on peut voir deux nécropoles puniques au Nord Ouest du site, elles datent du 3ème siècle et du 2ème siècle avant J.C

Zita

Le site archéologique de Zita ou Zitha correspond aujourd’hui aux ruines de Henchir Zian situé à 9 km à l’Ouest de la ville de Zarzis

Les fouilles du site de Zian ont montré la présence d’un tophet situé à 200m au Sud Est du forum romain. Dans ce tophet on a trouvé plusieurs stèles, il est entouré par une clôture en pierres sèches. 487 stèles votives ont été découvertes entre 1988 et 2005, elles présentent le signe de Tanit, la gorge égyptienne, des oves, des pirouettes, des frontons, des palmes, des rameaux d’oliviers, des grenadiers, des losanges, des triangles, des rectangles, des carrés, des trapèzes….

Djerba

A Djerba, on a trouvé plusieurs tombes puniques. Voila les photos de quelques unes

Sources

  • Mahdia, capitale des Fatimides. Néji Djelloul
  • Gigthi, Ali Drine
  • Zarzis, guide du musée, Ali Drine
  • Gigthis, Jenina Akkari Weriemmi, ANP
  • Sousse, l’antique Hadrumetum, Néji Djelloul
  • Kélibia et sa forteresse, Néji Djelloul
  • Utique, la splendide, Fethi Chelbi, ANP
  • A la découverte du Cap Bon, guide historique et archéologique, Samir Aounallah, Mounir Fantar
  • Mobiliers et cultes Phénico-puniques et Méditerranéens antiques, Adel Njim
  • Carthage, les lettres et les arts, M’hamed Hassine Fantar
  • Les fortifications en Tunisie, Neji Djelloul
  • Kerkouane, une cité punique au Cap Bon, Mhamed Hassine Fantar
  • Sur la route des Phéniciens, Argos
  • Les merveilles du musée du Bardo, Mohamed Yacoub
  • Sur les routes des Phéniciens, Argos
  • La Tunisie du Sud (sites et monuments), Abdellatif Mrabet
  • Kerkouane, a punic town in the berber region of Tamezrat, M’hamed Hassine Fantar
  • L’histoire, les collections, de Carthage à Tunis, 3000 ans d’exception
  • Historia, Hannibal, le génial stratégique qui fit trembler Rome
  • Historia civilisations,  de Hannibal à la révolution, une histoire de la Tunisie
  • Qantara 65
  • Les cahiers de science et vie, Carthage, la cité qui fit trembler Rome
  • Les cahiers de science et vie, les 100 plus grands trésors de l’antiquité
  • La civilisation punique, histoire et archéologie, les dossiers, n°  69
  • Originalité et vitalité, la religion punique, ,histoire et archéologie, les dossiers, n°  69
  • الحرف و الصورة في عالم قرطاج, محمد  حسين فنطر
  • Espaces funéraires et espaces urbains dans la région de Thapsus (Ras Dimas), Habib Ben Younes
  • Les ports antiques Gummitanus, mise à jour à partir de nouveaux documents archéologiques, Ameur Younes

Leave a reply

Your email address will not be published.